bougie

Des voix « autorisées » commencent à se faire entendre à tous niveaux pour alerter sur les dangers d’une limitation drastique de la liberté d’expression, ouvrant en fait le champ à toutes les dérives et tous les « populismes » : une véritable bombe à retardement !

On nous impose le politiquement correct …

Vous l’avez sans doute remarqué.
On ne peut plus rien écrire sans risquer d’être vilipendé, voué aux gémonies si on ne s’inscrit pas pas dans le formatage strict du « politiquement correct ».

C’est à dire si on ne se « moutonne » pas sous les fourches caudines de tous ces groupes de pression qui veulent, chacun dans leur pré carré, nous imposer leurs idéologies diverses et variées.
Tapis dans l’ombre, ils veillent à détruire dans l’œuf tout ce qu’ils considèrent comme le moindre dérapage et s’abattent en « meutes » organisées sur tout écart, même minime, qu’ils considèrent comme inacceptable !

On nous impose de grandes restructuration administratives …

En 2013, les Haut-Rhinois n’ont pas voulu avaliser la réforme régionale parce que Strasbourg leur apparaissait trop éloignée de leurs préoccupations quotidiennes.
On nous impose, sans consultation populaire préalable, le … Grand Est !

On n’a pas su se regrouper en 2013, dans le Haut Sundgau ?
Sans explication, on nous fusionne, en 2017, dans une ComCom XXL endettée jusqu’à la garde ! Là encore sans consultation populaire !

Et du coup, ce sont de plus en plus des Administrations qui guident nos Elus locaux priés de baser désormais leurs votes plus sur des rapports administratifs et financiers que sur des rapports humains de proximité.

Un glissement de la représentativité démocratique responsable vers la délégation administrative inamovible et sans visage en somme !

On nous impose des Médias et une Presse de plus en plus regroupés aux mains de grands groupes financiers …

Une pensée unique, des textes similaires à la virgule près, un politiquement correct uniforme et répété qui ne laisse plus aucune place à la diversité des opinions et surtout pas aux petites « voix » dérangeantes !

Avec, si nécessaire, l’arme fatale de la diffamation …

Infraction pénale définie comme l' »allégation ou l’imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé », cette arme repose sur un arsenal juridique de capacité à « tuer quiconque se laisse aller à dire la Vérité » !
Car, on l’a bien compris, la Vérité est décapante et donc éminemment de nature à porter atteinte … à l’honneur et à la considération des puissants et des possédants !

Restent les réseaux sociaux …

Ce n’est donc sans doute pas un hasard si l’on retrouve désormais une telle violence sur les réseaux sociaux qui, pour l’instant, apparaissent encore comme un canal de libre expression et donc un dernier exutoire !
Même si, parfois en retour, les mêmes justiciers n’acceptent pas le dialogue avec ceux qui ne partagent pas leurs convictions !

… et le rassemblement des petites lumières ?

Plongés, mais refusant d’être noyés, dans cette « Cocotte-Minute » à pression sans cesse plus forte, nous restent la force de convictions propres assumées, la liberté d’une écoute ouverte et le pouvoir insoupçonné du partage de Valeurs communes.

Autant de petites lumières, qui à force de se rejoindre, peuvent se révéler en … brasier !

brasier

Car :
« Le vent qui éteint une lumière allume un brasier ».
(Beaumarchais)

partages