2,3 milliards de jeans sont produits chaque année, principalement en Asie. 
445 millions d’exemplaires en sont vendus chaque année dans l’Union Européenne, 63 millions en France.

On est donc très loin du jean, symbole de l’Amérique !

Le jean, une origine qui remonte à 6 siècles …

Du tissu aux rivets …

Plusieurs théories existent sur l’origine du tissu employé pour le confectionner

  • Au XIV siècle on tissait à Gênes une toile «sergé » de laine et de lin teintée à coeur en bleu.
    Exportée au Royaume-Uni, le nom anglicisé aurait donné au XVIe siècle le mot jean.
  • À la même époque, une autre toile faite de laine et de soie , non teintée à cœur est tissée à Nîmes. Elle pourrait être à l’origine du mot denim.
  • A la fin du XVIIIe siècle, des fabriques outre-Atlantique produisent à la fois du jean et du denim. Elles y intègrent du coton, largement cultivé aux États-Unis
  • Il faudra attendre 1872 et un tailleur du Nevada nommé Jacob Davis pour créer un lien entre ces tissus très résistants et des habits à fortes contraintes de résistance et d’usure.
    Et pour répondre aux arrachements fréquents des poches de vêtements des travailleurs par les outils, il a l’idée de les renforcer encore avec des rivets.

Des rivets pour “armer” les poches !

… au dépôt d’un brevet !

Comme Jacob Davis n’a pas les moyens de protéger son produit en engageant les frais de dépôt d’un brevet, il se tourne alors vers le grossiste auprès duquel il se fournit en denim : un certain Levi Strauss.


En échange d’intérêts sur les ventes, Strauss dépose ce brevet conjointement avec ­Davis le 20 mai 1873.
LE JEAN EST NÉ !

… une diversification de l’offre et une propagation planétaire

D’abord limitée par la protection du brevet de fabrication, la propagation du jean s’étend progressivement aux Etats Unis entre les 2 guerres mondiales puis progressivement sur l’ensemble de la planète.

  • Le brevet Strauss/Devis une fois tombé dans le domaine public en 1908, deux nouveaux fabricants américains entrent en lice : Lee et Wrangler
    A trois désormais, leur concurrence va aboutir à diversifier et propager l’offre.
  • Il faudra cependant attendre les années 1920 et 1930 pour que le jean s’étende à la fois vers l’Est et dans d’autres couches de la population
    En devenant un vêtement de loisir et de confort le jean pénètre en même temps toutes les couches de population.
  • Après la Première Guerre mondiale, des ranchs de tourisme se multiplient dans l’ouest du pays et attirent des vacanciers aisés qui peuvent ainsi s’habiller en denim.
  • Et c’est en se positionnant sur le mythe de l’Ouest sauvage que l’entreprise Wrangler rejoint Levi’s et Lee pour devenir l’un des trois géants du denim dans la première partie du XXe siècle ( James Sullivan)
Hollywood avec ses stars, un formidable outil de promotion planétaire !
  • Après la seconde Guerre mondiale, ce sont les soldats américains qui exporteront en Europe le jean avec l’aura de Hollywood et de ses stars ( James Dean, Marlon Brando, Marilyn Monroe ou Elvis Presley, et plus tard des stars du rock’n’roll.)
  • En même temps, La jeunesse le porte non plus comme vêtement de loisir, mais comme habit ordinaire.
  • Nouvelle étape dans les années 50 : les femmes marginalisées pendant 50 ans, deviennent une nouvelle cible pour les fabricants de denim : Levi’s, tout comme Lee Cooper et Wrangler réintroduisent dans le jean une ligne « femme ».
  • Et dans les années 1980, ces marques se positionneront tout naturellement sur une ligne plus « glamour » en proposant des coupes moulantes.
  • Nouvel accélérateur : l’adaptation des marques à la demande :
    • les modèles déjà brodés contenteront les hippies
    •  les modèles vieillis grâce à la technique du « stonewasching » s’adapteront au port du jean délavé par les bains de mer
    •  le jean neuf déjà déchiré ou customisé s’adresse aux punks
  • En même temps, les fabricants s’adaptent aux nouvelles exigences environnementales et sociales : utilisation de coton bio ou recyclé, réduction et récupération de l’eau, procédés de teinture moins gourmands en produits chimiques ou encore techniques de finition au laser ou encore encouragement à la « possession longue durée »

Les fabricants de jeans en France

L’objectif du jean “100 % made in France”

Des jeans brodés “made in France”

Les marques de production de jean en tissu denim se multiplient en France depuis 2013.

Pour réaliser le 100 % made in France elles doivent relever trois grands défis : l’approvisionnement en coton, la fabrication de la teinture et la réintroduction du savoir-faire en matière de tissage.


Sur ces 3 plans, la situation est actuellement la suivante :

L’approvisionnement en matières premières

Le coton n’étant pas cultivé en France, des fabricants tentent de se « rabattre » sur la récupération en poubelles. Cependant, des techniques de recyclage de ces déchets n’ont pas encore pu aboutir au stade industriel.
D’autres contournent l’obstacle en remplaçant le coton par le lin (Le Gaulois ou Dao Davy) ou encore le chanvre (L’Atelier Tuffery).

La teinture

Pour les 2 options ouvertes, à savoir la technique classique ou ou l’utilisation de l’indigo (qui permet au jean de se délaver), il n’existe pas encore de « made in France ».

Il faut donc encore importer la teinture nécessaire.

Le tissage

Le savoir-faire du tissage correspondant avait entièrement disparu.

Il faut teindre les fils d’abord puis assembler un fil de couleur bleu avec l’autre de couleur blanc, pour les tisser en oblique et ainsi obtenir ce tissu particulier appelé également « sergé ».

Ce défi est désormais convenablement relevé.

Les marques de jeans “made 100 % en France”

Énumération … chacun reconnaîtra les siens !

Liste des marques fabriquant et/ou assemblant ses produits en France, dans ses propres usines ou via une manufacture partenaire :

  • 1083 (à moins de 1083 kgs de chez vous ),
  • Atelier Tuffery (Lozère),
  • Ateliers de Nîmes,
  • AVN (Normandie),
  • BOLID’STER (Roubaix),
  • Chevrons (Normandie),
  • Davy (Nancy),
  • Galucebo (Roanne),
  • Individu (Paris),
  • Gentle Factory ( ateliers partout en France),
  • Le Gaulois Jeans (Normandie),
  • Monsieur Falzar (Normandie),
  • Verdury (Normandie)

Le prix des jean

A la production, c’est la Chine qui offre les prix les plus bas, soit 5,5 Euros pour les jeans de bas de gamme.

Le prix moyen des jeans importés dans l’Union Européenne en 2012, était de 7,7 Euros.

La Tunisie et le Maroc proposent des jeans à des prix compris entre 13 et 17 Euros. Ils sont vendus entre 120 et 150 Euros en Europe.

En France, les prix affichés pour des jeans fabriqués en France se situent dans une fourchette de 110 à  140 euros, avec une entrée de gamme de 90 euros.

partages