Ombre et lumière

A la Chandeleur, l’hiver renaît ou meurt …

De la « Régénération » …

MIrabeau

Régénérer …

         … à la « Révolution » ?

Delacroix

… ou Révolutionner ?

 

« Les exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples comme les fantômes sortent des murs »
(Eric Vuillard, Prix Goncourt 2017 – auteur de la Guerre des pauvres)

« Depuis des mois, singulièrement depuis la rentrée, sortent films et livres prémonitoires sur un état des lieux préoccupant, une surchauffe collective inquiétante, un embrasement social imminent »dans une atmosphère de serre chaude et de lutte des classes indéfiniment poursuivie »
(Emmanuel de Waresquiel, historien)

« La confusion générale est alimentée par ce flux permanent qui chauffe l’opinion à blanc dans un sens ou dans l’autre. Puisqu’il est admis que les procédures d’apaisement (dialogue, concertation, négociation) ne sont pas télégéniques. Le nez sur les écrans, la vue courte n’offre qu’une vision partielle, parcellaire, démesurément grossie, de l’événement. Le spectacle des troubles, dont se gavent télévisions, téléphones portables, réseaux sociaux, impose de se tenir au principe de précaution, énoncé jadis par un cinéaste, Jean Luc Godard : « Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image. »
(Jean-Claude Raspiengas, Article Journal La Croix du 27/01/19)

« Ceux qui sont dans la mouise mobilisent aussi des moyens nouveaux, plus brutaux, plus spontanés, qui accélèrent le temps et suppriment la réflexion. On voit tout en direct. Le vrai et le faux se mélangent dans ce torrent d’informations grotesques.
Le numérique est un grand malheur … On n’ose imaginer Internet au temps de la collaboration. »
(Patrick Ramboud, Prix Goncourt 1997)

« Je n’ai pas la télévision, pour ne pas être assujetti aux petites phrases de l’information continue, aux scandales incessants, aux indignations à répétition, aux commentaires sans fin. On est tous piégés par le délire de ce n’importe quoi envahissant, qui s’adresse à nos émotions primaires.je refuse d’aller dans des émissions de commentaires où l’on m’invite. Je n’ai aucune envie de servir de cible aux « snipers du commentaire », ces professionnels aguerris qui passent leur temps à flinguer les autres sur les plateaux de télévision. »
(Stéphane Brizé, scénariste et cinéaste)

Comme la vie est lente
Et comme l’espérance est violente »
(Guillaume Apollinaire)

(Source des citations : Journal La Croix du 27/01/19 – Article Jean-Claude Raspiengas)

Conclusion :

Comparaison vaut-elle raison ?

partages