L’oreille absolue

Comment se manifeste l’oreille absolue 

L’oreille absolue est l’aptitude à reconnaître, à l’écoute d’un son, les notes de musique correspondantes sans référence auditive préalable.

Elle permet, sans comprendre un seul mot ni savoir le solfège, de chanter au plus juste, note après note une mélodie entendue une seule fois.
Moins d’un individu sur 10 000 est capable d’identifier les notes exactes qui composent un son.

L’oreille relative, quant à elle, consiste en la capacité à reconnaître les notes à partir d’une hauteur de référence

Réalité physique de l’oreille absolue

Une excellente acuité s’avère un préalable, mais l’essentiel se passe dans le cerveau.

L’oreille absolue est liée à une particularité du lobe temporal qui correspond à l’aire de l’audition. Chez la grande majorité des personnes, le lobe temporal gauche est plus grand que le droit.
Mais chez l’individu doué d’une oreille d’or, l’asymétrie est encore plus marquée, comme on a pu le mesurer par imagerie médicale 
(Bernard Lechevalier, neurologue et organiste)

L’oreille absolue : un don inné ou acquis ?

L’oreille absolue est d’abord un don, mais elle peut se travailler pour devenir une capacité exceptionnelle.

Elle serait liée à une variante du gène EPHA7 situé sur le chromosome 6, gouvernant une aptitude à associer un son et un mot

L’éducation musicale joue cependant un rôle-clé, ceci expliquant que l’oreille absolue se retrouve souvent dans les familles de mélomanes.
Ainsi, certains enfants, ayant une prédisposition multigénique peuvent acquérir l’oreille absolue lors d’une période critique, vers 5-6 ans, au bout de quatre à six semaines d’entraînement.

A noter que l’oreille absolue, en dépit de l’aide qu’elle apporte, n’a pas forcément d’impact majeur sur le jeu et l’interprétation.

Le “La parfait”

Le La est donné, pour accorder l’intervention des divers intervenants dans un concert. Pour cela le dirigeant utilise souvent un diapason donnant le son de référence pour tous, au départ d’une prestation commune.

Un “La”parfait” évolutif …

L’oreille absolue véritable permet d’entonner le La parfait et, à partir de là, toutes les notes, sans aucun repère, ex nihilo.


L’oreille relative, elle, permet de reconnaître ces différentes notes à partir d’une hauteur de référence donnée par le dirigeant.

Qu’entend-on par La parfait” ?

De nos jours, le diapason le fixe à 440/442 Herz par seconde. C’est celui du piano par exemple.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Du temps du répertoire baroque par exemple, le diapason était réglé plus bas, avec un La à 415, voire 392. De même, il variait selon les pays et régions.
A Vienne, le La est encore aujourd’hui à 446.

(Le Herz est l’unité de mesure de fréquence d’un son qui en définit la hauteur : plus la fréquence est élevée, et plus le son est aigu.)

L’Oreille d’Or

L’Oreille d’Or est une profession que seuls les “Absolutistes” peuvent exercer dans la Marine.

Un “Or” réservé aux “Absolutistes”

Ce métier consiste à écouter et identifier tous les sons, depuis les les navires de surface jusqu’aux sous-marins en passant par les cachalots.


Ces Absolutistes deviennent experts en reconnaissance acoustique à force d’entraînement en améliorant leur perception des bruits et leur mémoire auditive.

A l’aide d’un sonar, l’analyste acoustique doit savoir discriminer “une” signature acoustique parmi le bruit de fond environnant, ce qui est déterminant pour identifier à l’aveugle les dangers approchant leur sous-marin.

Sources : Journal “La Croix” du 16/06/2020
: Wikipédia

partages