« Communément utilisé comme contraire de « Vantardise », le mot  » Modestie » vient de refaire surface dans le champ politique.
Mais ce mot a connu auparavant bien des appropriations à partir de son premier sens. »
INTERESSANT !

« Modestie » au sens étymologique …

« Le terme de modestie signifie avant tout « sens de la mesure ». 
Modus, en latin, s’emploie en effet pour parler de la longueur d’un champ ou du tempo en musique.
Par la suite, le mot désignera les centimètres d’une robe ou d’un costume, et c’est de là que vient la mode.
La modiste, ce joli nom de métier, désignait au XIXe siècle celle qui fabriquait des chapeaux.
Quant à la « modeste », c’était la jupe bien sage, qui cachait le jupon, dit, lui, « jupe friponne ».

« Modestie » au sens écologique …

« L’écologie a repris ce sens pour une application concrète.
Dans une « maison modeste », tout a été calculé pour produire de l’autosuffisance énergétique. »

« Modestie » au sens de qualités morales …

« Au fil du temps les qualités morales ont pris le pas sur les significations matérielles. La modestie est devenue un synonyme de modération, de discrétion, le contraire de la vantardise. « 

« Modestie » au sens sociologique …

« En sociologie, le mot s’est développé sous l’angle économique, en devenant un euphémisme pour désigner la pauvreté. On parle de « revenus modestes », et de « ménages modestes ».

« Modestie » de retour dans le débat public

« C’est Montaigne qui le premier a parlé d’ « Utopie modeste », locution reprise par Albert Camus pour défendre une vision raisonnée de la politique contre les excès de la violence révolutionnaire : créer un nouveau monde sans détruire le système en place.
Sa formule « d’utopie modeste » vient d’être reprise par un certain nombre de penseurs et de commentateurs pour penser le monde d’après Covid.

Le retour de la modestie dans le champ politique pourrait avoir une seule fonction de communication. Il s’agit de défendre une approche moins verticale du pouvoir, faire preuve de plus d’écoute.

La référence à Camus ouvre, plus profondément, la possibilité de réinventer le vivre-ensemble de façon plus mesurée. Il s’agit d’imaginer un monde ancré dans une écologie réelle, avec de nouveaux comportements vertueux. Les grandes injonctions politiques immodestes sont en train de s’incliner devant de petits gestes. L’usage du savon de Marseille, ou encore le lavage en machine à 60 degrés, nous ont été prescrits par des chefs d’État.

Et nos dirigeants, après le lyrisme de la métaphore guerrière, affirment désormais « vouloir aborder l’organisation du déconfinement avec beaucoup de « modestie ».« 

Les citations entre guillemets renvoient à une interviw de Mariette Darrigrand, sémiologue, dans le journal « La Croix » du 13 mai 2020

partages